Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/01/2009

L'Immense Narine

Trou+arches+n%C3%A9gatif+photocopie.jpg

Au cours de mon voyage fantôme-graphique, à l’étape de Noozee, j’ai pu admirer cette sculpture étrange, ce grand nez qui affuble le paysage, posé sur une hauteur, et dont on perçoit s’en approchant le volume monumental. Il jaillit en fait d’une toute petite tête, ce dont on est bien surpris vu l’énormité du naseau. Le tout s’intitule : La Tête du Gueulard ou l’Immense Narine. Cette sculpture a été réalisée par un artiste, dont j’ai oublié le nom, mais j’ai noté qu’il était originaire de la peuplade des Inouïs, qui se trouve plus à l’Ouest, en Terre Asunienne, et qui est réputée pour ses nombreux artistes de talent.

Il faut s’imaginer la découverte du Gueulard (comme on l’appelle simplement à Noozee). En venant de la route du sud, on ne distingue d’abord qu’une forme incongrue et massive, qui se détache sur l’horizon. La route passe à quelque distance, si bien qu’on entre dans Noozee sans en avoir encore bien perçu les réelles proportions. Pour approcher de près du Gueulard, il faut s’arrêter sur la place du village, et emprunter un sentier qui part du jardin derrière la mairie, traverse quelques vergers, puis grimpe en lacets jusqu’au sommet de la colline où trône la Tête du Gueulard.

Le visiteur est bien sûr tout de suite frappé par le gigantisme. J’ai étudié la chose. Partant du coin supérieur gauche, on aperçoit très nettement le bonnet du Gueulard, petit bonnet pointu qui évoque ironiquement le chapeau des magiciens. Les artistes Inouïs sont en effet en concurrence avec les magiciens Inouïs, dans le domaine du divertissement notamment, et s’accusent mutuellement de fumisterie. L’ombre de l’arrière du bonnet est bien marquée, et donne du relief à la chose, tout en en accentuant le grotesque. Bien que la référence soit manifeste, l’artiste Inouï prétend dans son interview accordée à …. , citée dans les guides touristiques, que le Grognard porte un bonnet « Parce qu’il a froid ».

Descendant le long du bonnet, dans son prolongement, on distingue bien (se dirigeant vers le bord gauche de la photo), la chevelure du Gueulard, touffe de texture mousseuse, lichen pileux et, il faut le dire, guère alléchant. A droite, le petit œil en amande, incliné du nord est au sud ouest, darde un mélange de frayeur originelle et de méchanceté.

Directement dans le prolongement de l’axe nord est – sud est, il y a la petite narine, dont on ne dira rien car elle n’appelle aucun commentaire. Non, ce qui intéresse, c’est, juste au-dessus, l’immense béance, l’Immense Narine, et juste en dessous, la bouche, que suggère très bien un petit maxillaire. Comparé à la narine, l’ouverture de la bouche est ridicule. Pourtant, ce personnage s’appelle le Gueulard. Etrangeté typique des artistes Inouïs, et qui fait le ravissement des badauds.